site ouvert le 5 avril 1999
dernière mise à jour : 22 janvier 2017

 
auteur : Claude GOT

éditoriaux

Accueil | Table des matières

Année 2017

27 janvier : La partie du site consacrée à la désinformation est en cours de développement.

Année 2016

26 mars 2016 : la désinformation a toujours été importante dans le domaine de la sécurité routière, comme dans de nombreux domaines comportant une composante passionnelle. Elle atteint actuellement un niveau qui justifie la réactivation de mes pages désinformation.

Année 2015

         14 décembre 2015 : l'année 2015 se termine aussi mal qu'elle avait commencé.

8 juin 2015 : le discours prononcé par le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, devant le Conseil National de Sécurité Routière demeurera un exemple de travestissement de l'histoire de la sécurité routière.

17 mars 2015 : Ce lien donne accès un texte paru dans le journal le Monde daté du 18 mars 2015 qui justifie ma démission du comité des experts auprès du Conseil National de Sécurité Routière. Cette démission accompagne celle de Claudine Perez-Diaz.

28 janvier 2015 : 120 tués en plus sur les routes en 2015. Les prévisions pessimistes que l'on pouvait faire dès le printemps dernier sont confirmées.

 

Année 2014

17 juin 2014 : 100 tués en plus au cours des cinq premiers mois de 2014 est un fait inquiétant.

Année 2013

10 octobre 2013 : Je publie ma version du rapport demandé au comité des experts pour atteindre l'objectif de 2000 tués en 2020

Année 2012

1er décembre 2012 : réanimation du CNSR - une relance organisationnelle

1er septembre 2012 : dans l'attente des choix politiques de la nouvelle majorité

Année 2011

1er août : La signature du protocole d'accord entre les membres de l'AFFTAC et le ministère de l'intérieur peut-elle faire espérer un retour à la rationalité dans la gestion de l'insécurité routière ?

31 juillet : le protocole d'accord signé le 28 juillet entre le ministère de l'intérieur et l'AFFTAC

11 juin : le bilan de mai 2011 ne donne aucune garantie sur l'avenir proche

27 mai : le communiqué du ministère de l'intérieur sur les avertisseurs de radars

25 mai : suite d'une gestion de crise : le gouvernement confirme l'application des décisions du CISR, notamment la suppression dans des délais courts des panneaux annonçant les radars fixes.

24 mai : analyse d'un dérapage concernant la suppression des panneaux annonçant les radars fixes.

11 mai 2011 : le Comité interministériel de sécurité routière.

Janvier 2011 : l'affaiblissement du permis à points voté par l'Assemblée nationale, sans opposition sérieuse du gouvernement, concrétise la fin d'un cycle d'activisme exceptionnel en faveur de la sécurité routière, initié en 2002.

Année 2010

Octobre 2010 : Le vote par le Sénat d'un amendement affaiblissant les effets dissuasifs du permis à points témoigne d'un déni inquiétant de la réalité. Ni l'objectif, ni l'argumentaire ne sont acceptables.

Février 2010 : Les décisions annoncées à l'issue du CISR qui s'est tenu le 18 février 2010 me semblent incapables d'influer de façon significative sur le bilan de la mortalité routière d'ici l'échéance de 2012.

Année 2009

Juillet 2009 : Une inversion de l'évolution très favorable de la sécurité routière observée depuis décembre 2002 devient très vraisemblable.

Année 2008

Août 2008 : peut-on prévoir l'évolution de l'insécurité routière ? Il est assez facile de prévoir l'efficacité d'une mesure prise et correctement mise en oeuvre, ou d'affirmer que l'absence de fait nouveau ne modifiera pas sensiblement la situation. Nous demeurons incapables de prévoir la survenue d'événements majeurs tels que l'accroissement ou la diminution du prix du pétrole. Nous savons dans quel sens ils influencent l'insécurité routière, mais nous ne savons pas comment ce type de facteur va évoluer dans un avenir proche.

Février 2008 : après avoir été remis à plusieurs reprises, le comité interministériel vient enfin de se tenir le 13 février. Il est décevant et je ne vois pas comment il peut nous faire sortir de la période de stagnation actuelle de l'insécurité routière. De très nombreuses mesures de détail ont été annoncées, mais elles sont incapables de convaincre les usagers qu'il va falloir faire de nouveaux efforts pour respecter les règles et réduire à 3000 tués en 2012 le nombre de victimes de la route.

Année 2007

Septembre 2007 : le premier comité interministériel de sécurité routière d'un gouvernement va permettre d'émettre des hypothèses sur ce que sera l'évolution de la mortalité routière des années à venir. La situation actuelle est très "lisible" : après la stagnation de la période 1997/2002 nous avons observé des résultats exceptionnels à la suite des mesures prises fin 2002 ; les progrès sont maintenant interrompus et le problème pour le nouveau gouvernement est de faire un choix entre le simple maintien de ces acquis, ou la poursuite de la réduction du risque sur les routes.

Mars 2007 : le moment du bilan et des choix, une route pacifiée par le retour à l'efficacité du système de contrôle et de sanctions ou un monde soviétique qui étouffe les libertés décrit par Airy Routier dans "La France sans permis" ?

Janvier 2007 : une année incertaine

Année 2006

Juillet 2006 : le comité interministériel du 6 juin 2006 décide de ne pas modifier les conditions de récupération des points de permis de conduire perdus et prévoit une mission dont le but serait de faire le bilan du fonctionnement du permis à points et de proposer d'éventuelles améliorations

Janvier 2006 : que faire dans une période de transition entre des progrès exceptionnels et une période préélectorale ? Evaluer et modéliser pour mieux comprendre et agir.

Année 2005

Juillet 2005 : le bilan du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin et la communication hésitante du nouveau gouvernement.

Année 2004

Novembre 2004 : Le point sur un succès et l'annonce d'une action. La mortalité sur nos routes s'est stabilisée à un niveau proche de 5000 tués annuels. Une association a été créée, l'APIVIR, pour obtenir l'interdiction de la délivrance des cartes grises à des véhicules inutilement rapides. L'action de cette association est décrite sur le site www.apivir.org

Janvier 2004 : un bilan enthousiasmant,  mais une nécessaire adaptation du système. Nous ne pouvons plus continuer à laisser mettre en circulation des véhicules inutilement rapides, lourds, polluants, gaspilleurs d'énergie et de surcroît dangereux.

Année 2003

Novembre 2003 : Un succès extraordinaire mais un avenir incertain (texte paru dans Libération du 3 novembre 2003)

Avril 2003 : communication et action

Janvier 2003 : l'année de tous les espoirs.

Année 2002

Octobre 2002 : l'attente du plan gouvernemental.

Juillet 2002 : alternance politique, bilan d'un gouvernement et perspectives.

Avril 2002 : il n'y aura pas d'amnistie des fautes de conduite dans la loi d'amnistie de 2002. Les deux candidats qui se retrouveront au second tour indiquent avec précision leur décision.

Janvier 2002 : Le bilan de 2001, l'état du dossier sur l'amnistie présidentielle et la perspective du procès des voitures inutilement rapides et dangereuses.

Année 2001

Décembre 2001 : reprise et développement du dossier de l'amnistie présidentielle et de ses effets sur l'insécurité routière.  

Octobre 2001 : La commission de l'Union Européenne a déposé son projet de limitation de vitesse à la construction des véhicules de plus de 3,5 tonnes qui correspond à la volonté politique exprimée par le Parlement de Strasbourg. Ce choix marque une évolution inévitable vers la limitation de vitesse à la construction pour tous les véhicules, utilisant des dispositifs automatisés assurant une régulation fine des vitesses en fonction de l'environnement routier. La Grande Bretagne a conduit une consultation sur ce sujet au cours de l'été, il est intéressant d'analyser sa position sur la directive en la comparant aux idées exprimées dans le rapport sur la vitesse publié en mars 2000 dans ce pays.

Mai 2001 : en permettant d'anticiper la suppression des conséquences d'une infraction au code de la route, l'amnistie présidentielle tue plusieurs centaines d'usagers de la route. Analyse de l'effet des amnisties précédentes. 

Janvier 2001 : perspectives pour le début du siècle. Plusieurs dossiers techniques sont mis sur le site, notamment sur l'évolution du risque sur les autoroutes de 15 pays industrialisés et sur les ralentissements par l'infrastructure utilisant des chicanes.

Année 2000

Novembre 2000 : commentaires à propos de la réunion du comité interministériel de sécurité routière du 25/10/2000. Le texte du communiqué du CISR est disponible sur le site.

Octobre 2000 : l'offre de véhicules au salon d'octobre met en évidence la poursuite de l'évolution vers des puissances inutiles et dangereuses. Cette évolution est documentée par des graphiques de l'offre franco-allemande. Ces éléments ont été développés dans une fiche technique intitulée : poids et puissance.

Mai 2000 : reproduction d'un texte publié le jeudi 11 mai 2000 dans "Le Figaro" sur la politique de sécurité routière en France.

Avril 2000 : le dossier du mois est consacré à la proposition de loi Fauchon visant à modifier la définition des délits non intentionnels.

Janvier 2000 : Commentaires sur les remarques reçues à propos du site et dossier du mois consacré aux limiteurs de vitesse et aux "boîtes noires"